ANNEE 1920

 

Janvier :  deux HD2 de l’Aviation d’escadre de Saint Raphaël entrent en collision en plein vol ; l’EV Le Ray est tué. L’EV1 Richer est lui aussi victime d’un accident au CAM de Berre à bord d’un DD 200 ch. Le croiseur de 6 500 m3 AT-4 est désarmé à Rochefort ; il est remplacé par l’AT-10.

 

Février :  le CEMGM ordonne au SCAéro d’évaluer la transformation en porte-avions d’une coque type Normandie. Le Centre des dirigeables de Montebourg et le CAM de Dakar sont dissous.

Mars :  le LV Teste demande l’affectation de l’aviso Bapaume, qui a reçu une plateforme sur l’avant, au Centre de Fréjus-Saint Raphaël pour l’entraînement des pilotes aux décollages courts. Le Centre d’aviation maritime d’Alger est dissous.

 Des essais de tir au canon de 47 mm sur affût à recul hydraulique sont réalisés à Hourtin sur hydravion Tellier. 'Photo)

 

Avril :  l’escadrille AR2 perçoit des Salmson 2A2 provenant des surplus de l’Aéronautique militaire ; ils ne sont utilisés que pour l’entraînement. Les Sopwith 'Photo) sont utilisée pour les exercices d’appontage sur plateforme. Le LV Teste effectue à Saint Raphaël des essais de bombardement en piqué. Pour être transformée porte-avions, la coque du Béarn est lancée à La Seyne ; elle est nue, dépourvue de tout équipement.

 Le croiseur de 7 600 m3 AT-9 est détruit par un incendie à Baraki (Algérie). En Tunisie, l’Aérostation maritime de Sidi-Ahmed est désarmée.

 

Mai :  le LV Teste effectue des essais de décollage à partir de la plateforme installée sur l’avant du Bapaume.

 

Juin :  la Direction des constructions navales évalue la transformation du Béarn en porte-avions. 'Photo)

 

Juillet :  les Allemands livrent le dirigeable LF2 à Maubeuge ; il est rebaptisé Dixmude et commandé par le LV Jean du Plessis de Grenédan. Le port d’attache des dirigeables de Brest-Guipavas est désarmé, ses dirigeables sont expédiés à Rochefort. Le CAM d’Ajaccio est dissous (fin de la présence de l’Aéronautique maritime en Corse pour un longue période).

 

Août :  le Dixmude quitte Maubeuge pour Cuers ; arrivé à Cuers, il est dégonflé. L’Ecole des observateurs d’Hourtin devient Ecole des observateurs, mitrailleurs, bombardiers.

 

Septembre :  à Rochefort, le patrouilleur de 6 000 m3 CM-2 est désarmé et l’AT-10 est remplacé par l’escorteur ZD-3.

Octobre :  le LV Teste se pose puis décolle du pont du Béarn à bord d’un Hanriot HD2'Photo) ; il renouvelle l’essais avec un Nieuport biplace en présence du ministre de la Marine : le mois d’octobre marque le début de l’aviation embarquée en France.

 

Novembre :  le CAM de Toulon-Creux Saint Georges (Saint-Mandrier) est désarmé ; il sera dissous au mois d’août suivant.

 

Décembre :  le CAM de Lorient, qui servait d’entrepôt, et le CBC sont dissous ; le personnel est muté au CAM de Brest.

 Le SM Le Guen de l’Aviation d’escadre est mortellement blessé suite à la chute de son appareil sur le terrain de Fréjus-Saint Raphaël.

 

***

Hydravion HD3 de l'Aviation d'Escadre. Escadrille HC1 1920

 

 

 

LES FORMATIONS AERIENNES AU 31 DECEMBRE 1920

 

 

Aviation d’escadre

CAM

 

 

 

 

 

AC1

St Raphaël

HD2

Brest

divers

 

 

 

 

 

AR2

St Raphaël

Sopwith, Salmson

Cherbourg

Latham trimoteur

 

 

 

 

 

HC1

St Raphaël

HD3

Bizerte

DD, Tellier

 

 

 

 

 

 

 

 

Constantinople

GL 280, Tellier

 

 

 

 

 

 

 

 

Kenitra

GL

 

 

 

 

 

Autres formations

Dirigeables

 

 

 

 

 

Esc. proto

St Raphaël

divers

Aubagne

AT-19, VZ-12

 

 

 

 

 

Ec. pilotage

Berre

FBA,DD,Tellier

Cuers

Dixmude

 

 

 

 

 

Ec .pilotage

St Raphaël

FBA,DD,Tellier

Rochefort

AT-16, V-2,4,5,  ZD-3

 

 

 

 

 

Ec. observ

St Raphaël

divers

St Cyr

VZ-10

 

 

 

 

 

Ec. observ

mitrailleurs

bombardiers

 

Berre

FBA, DD,

Tellier,

GL 300

Baraki

AT-12

 


FBA 150 de l'Ecole de pilotage de Berre (insigne du Centre de La Penzé) 1920


Année 1926 

Sommaire Ardhan