ANNEE 1917

 

 

Janvier : la Marine demande au ministère de la Guerre la mise à disposition d’avions terrestres pour lutter contre les sous-marins le long des côtes. L’Armée accepte de fournir des escadrilles côtières à partir du second semestre 1917 ; elles appartiennent à l’Armée, mais de nombreux observateurs sont fournis par la Marine.

Au cours du mois , sont mis en service : les centres d’aviation maritime (CAM) de Camaret et d’Alger, et le poste de combat (PC) de Saint-Raphaël dont le personnel est fourni par l’Ecole de pilotage et la CEPA. La Pallice et Boulogne passent du statut de PC à celui de CAM.

 

Février : un 4e plan d’armement est entériné par le ministère. Le LV Le Franc, commandant le centre Dardanelles-Salonique est blessé dans un accident et rapatrié. Le CAM Perpignan-Canet Plage est ouvert et le croiseur de 6 000 m3 AT-1 effectue son premier vol à Issy-les-Moulineaux (photo).

 

Mars : ouverture des CAM de Cherbourg, Bayonne et Oran, de l’Ecole de pilotage d’Hourtin, et des PC de Cazaux (appareils de la Marine armés par l’Aéronautique militaire) et de Cassandre (pour le contrôle des abords de Salonique). L’escadrille du Havre, mise en place par le CAM de Dunkerque, devient CAM du Havre et Casablanca devient la première implantation des hydravions de la Marine au Maroc avec des FBA embarqués sur le porte-hydravions Dorade (le CAM ne sera constitué qu’en septembre). Les missions du PC de Saint-Raphaël cessent car elles perturbent le fonctionnement de l’Ecole de pilotage qui est prioritaire ; ses quatre hydravions n’interviennent plus qu’en cas d’alerte.

On déplore la disparition des QM Prévost et Tocaven (Dunkerque), de l’EV1 Lanusse et du QM Maurice (Corfou).

En ce qui concerne l’aérostation, il y a l’ouverture des centres de dirigeables de Montebourg, de Brest-Guipavas, de Paimboeuf et d’Aubagne, et des centres de ballons captifs (CBC) de Saint-Nazaire et de Brest.

Des dirigeables sont cédés à la Marine : le croiseur de 10 000 m3 Lorraine livré en caisses à Bizerte et les ballons-écoles de 14 000 m3 Champagne et d’Arlandes envoyés en caisses à Corfou.

 

Avril : une circulaire du ministère de la Marine définit un insigne de bras pour le personnel volant ( le « pingouin» ), et les nouveaux insignes métalliques de poitrine pour le personnel breveté ou certifié (macaron). (photo).

L’EV médecin de 3e classe La Burthe, commandant l’escadrille d’hydravions de chasse de Dunkerque, affirme qu’il est possible de substituer le bombardement en piqué au bombardement horizontal.

Le mois d’avril voit l’ouverture du poste de relâche (PR) d’Ouessant et la disparition du QM Vienne et du Mlot Dehouck (Dunkerque), de l’EV Prieur et du Mt Julien (Saint-Raphaël), et celle de l’EV1 Woltz et du QM Coste (Venise).

Le CBC de Brest devient Ecole des observateurs en ballons captifs (au paravent, cette formation était assurée par l’Armée). Les  croiseurs de 6 000 m3 AT-1 et AT-4 sont convoyés d’Issy-les-Moulineaux à Rochefort et l’escorteur de 6 500 m3 Capitaine-Caussin est en essais à Saint-Cyr.

 

Mai :  après la perte de 6 FBA face aux Allemands (disparition du SM Vigneau et du Mlot Farenc) les vols sur ce type d’appareils sont arrêtés jusqu’en juillet. Les CAM de Lorient et de Sousse (Tunisie) sont ouverts ainsi que les PC d’Hourtin et de Bougie (Algérie).

Le croiseur de 6 500 m3 AT-2 effectue le premier vol du centre d’aérostation d’Aubagne, le croiseur Lorraine celui de Bizerte. Les vedettes de 2 750 m3 VZ-1 et VZ-2 volent pour la première fois à Saint-Cyr. Le centre de dirigeables de Corfou (Grèce) et le port d’attache de dirigeables d’Alger-Baraki  sont mis en service.

 

Juin : pour réaliser l’unité de commandement par secteur, sont créés les commandements de Patrouilles Aériennes (Nord, Normandie, Bretagne, Loire, Gascogne, Provence, Golfe du Lion, Corse, Méditerranée orientale, Algérie-Tunisie), et pour lutter plus efficacement contre les sous-marins ennemis, il est créé une Direction générale de la guerre sous-marine (DGGSM) qui prend sous son autorité le Service de l’Aéronautique maritime. Au cours du mois , sont mis en service les PC de Dieppe, Guernesey et Marseille-Cap Janet ; en Tunisie, le PC de Kélibia est armé en permanence et, en Algérie, celui de Ténès est très peu utilisé suite aux mauvaises conditions d’implantation. Le CAM de Venise est dissous et son escadrille rapatriée.

La nouvelle école de pilotage d’Hourtin reçoit ses premiers élèves ; elle est destinée à soulager l’école de Saint-Raphaël dont elle est une annexe.

L’escorteur Capitaine-Caussin débute ses vols à Paimboeuf et le croiseur AT-1 les siens à Aubagne ; la vedette VZ-1 est convoyée de Saint-Cyr à Boulogne.

 

 

 

 

Juillet :  ce mois ci, sont mis en service les centres de ballons captifs de Cherbourg, Missiessy (Toulon) (photo). et Alger, le centre des ballons vigies d’Ouessant, les postes de combat du Croisic et de Port en Bessin, et le poste de relâche de Lampedusa (ce dernier est créé à la demande du gouvernement italien). Les PC de Guernesey et de Bône deviennent des CAM.

   Les patrouilles du PC de Saint Raphaël, interrompues en mars,  reprennent et le centre constitue une réserve générale de personnels pilotes où le Département puise en fonction des besoins. L’ex escadrille de Venise est citée à l’ordre de l’Armée. Deux élèves pilotes de l’école d’Hourtin se tuent (SM Barreste et Mlot Bocquin). L’escadrille de chasse de Saint Pol perd le LV Barbier qui se tue au cours d’une séance de voltige.

 A Saint-Cyr, les dirigeables Fleurus et Montgolfier sont cédés à la Marine mais reste sur place ; les vedettes de 2 750 m3 VZ-2, 3 et 5 sont convoyées respectivement au Havre, Guipavas et Rochefort.

 

Août :  le CAM de Tréguier entre en service ainsi que les PC de Marsala (Sicile) et de Vathi (qui dépendra successivement d’Argostoli, de Mytika et de Platéali en Grèce). Un accord est conclu avec les autorités italiennes afin d’utiliser les installations de la base italienne de Brindisi pour assembler les hydravions destinés aux centres de la Méditerranée orientale ; ce centre de montage devient une annexe de Corfou. Ce mois, disparaissent les SM Macouin et le Mlot Dubois (de Dunkerque), le LV Plenneau (de la CEPA), le Mt Guliani et le QM Jaffraud (de Bizerte).

   Le croiseur de 10 000 m3 Lorraine est détruit à Bizerte ; le Champagne  (14 000 m3) effectue ses premiers vols à Corfou. La vedette VA-3 est opérationnelle à Montebourg et la VZ-4, essayée à Saint-Cyr, est convoyée à Guipavas.

 

Septembre :  l’annexe des appareils terrestres(photo). du CAM de Dunkerque installée à Saint-Pol devient autonome et prend le statut de CAM ; le QM Le Garrec, de ce centre, est tué en combat aérien à bord de son Sopwith.

 Deux hydravions du CAM de Bône sont affectés par rotation au nouveau PC de Collo bientôt réduit à un poste de relâche à cause des difficultés d’exploitation (mauvaise implantation). Les activités opérationnelles du PC de l’îleTudy démarrent. Le CBC de Royan et le centre d’aviation de Casablanca sont ouverts. L’école d’Hourtin étant entrée en service, l’annexe de l’école de pilotage de Saint-Raphaël installée à Bizerte cesse de fonctionner. Le poste de relâche de Lampedusa (archipel italien à 160 km à l’Est des côtes tunisiennes) est transformé en PC pour la surveillance de Bizerte et de Malte. En Grèce, le CAM d’Argostoli (île Céphalonie), qui a récupéré l’escadrille de Port-Saïd en juin 1916, est transféré à Mytika sur le continent.

  Les vedettes de 2 200 m3 VA-4 et 5 sont mises en service à Montebourg(photo). ; le croiseur de 7 600 m3 AT-5 et l’escorteur de 6 500m3 CM-1 effectuent leur premier vol, l’un à Issy-les-Moulineaux, l’autre à Saint-Cyr.

 

Octobre : après la destruction au sol de son escadrille de bombardement, le CAM de Saint-Pol, qui ne dispose alors plus que d’une escadrille, redevient une annexe du CAM de Dunkerque. Le PC de Marsala en Sicile devient un CAM et celui de Cherchell (Algérie) prend la suite du PC de Ténès ouvert en juin. Le CBC du Havre et le PR de Roscoff sont mis en service. Le PC de l’île Tudy est cédé à l’US Navy, mais des marins français restent sur place pour l’encadrement du personnel américain (qui n’arrive qu’en novembre). Le PC d’Ouessant est désarmé ; ses hydravions vont à Carmaret.

 Le Président de la République visite le CAM de Lorient. Suite aux difficultés d’exploitation, l’expérience de l’embarquement de FBA sur l’ex chalutier Normandie est arrêtée. A Saint-Mandrier, on déplore la disparition accidentelle de l’équipage constitué par les QM Martin et Chibassier. A Issy-les-Moulineaux, le croiseur de 7 600 m3 AT-6 effectue son premier vol et l’AT-5 est convoyé à Montebourg.

 

Novembre : l’école de pilotage d’Hourtin est spécialisée pour le début et celle de Saint-Raphaël pour le perfectionnement (l’Aviation maritime délivre en 1917 plus de 250 brevets sur hydravions).

 Plusieurs PC sont ouverts : Cette, Calais, Antibes, Socoa (rattaché à Bayonne) et, en Algérie, Mostaganem.

 Les travaux de la nouvelle implantation du CAM de Bizerte (installé pour l’instant à Baie Ponty) débutent près du douar de Carouba. Le PC de Collo, en Algérie, est fermé (mauvaise implantation). En Grèce, le CAM de Mytika, insalubre, est transféré à Platéali sur la côte d’Etolie pour assurer des reconnaissances aux abords du canal de Corinthe. A Saint-Mandrier, un nouvel équipage disparaît, celui du Mt Neveu et du QM Patingue.

  Le centre de Saint-Cyr, dépendant du Génie, est cédé à la Marine par le ministère de la Guerre ; il devient CAM de Saint-Cyr et Rochefort devient alors Centre Ecole pour les pilotes de dirigeables et de ballons libres ainsi que pour les télégraphistes, Saint-Cyr assurant l’instruction du personnel des autres spécialités de l’aérostation.

 Le croiseur AT-6 est convoyé d’Issy-les-Moulineaux à Aubagne puis à Alger-Baraki ; les AT-7 et 8 effectuent leur premier vol. A Groix est ouvert un centre de ballons vigies dépendant de Lorient. Le PC du Croisic, ouvert en juillet, est transféré à l’US Navy qui s’installe également dans le nouveau centre US de Saint-Trojan.


Décembre :  à Dunkerque, les Sopwith de l’escadrille de chasse sont rendus aux Anglais ; le QM Barat percute la jetée et se tue ; plusieurs hydravions de surveillance sont détruits au sol par des bombardements allemands. Une école de pilotage d’hydravions de chasse(photo). est créée à Saint-Raphaël ; elle reçoit des pilotes venant de l’école de Pau. Trois élèves pilotes se tuent à Hourtin entre les mois de septembre et décembre (QM Picard, SM Garcin et EV Maraval).

  L’aviation du CAM de Platéali met hors service un sous-marin ennemi en mer Ionienne.

  Les escorteurs de 6 300 m3 ZD-1 et 2 effectuent leur premier vol à Saint-Cyr et les croiseurs AT-7 et 8 sont convoyés d’Issy-les-Moulineaux à Aubagne, puis l’AT-8 vers Bizerte ; l’escorteur CM-1est transféré de Saint-Cyr à Paimboeuf. La vedette VA-1 du Havre est détruite à Criquelot et le croiseur de 10 000 m3 Capitaine- Caussin accidenté à Paimboeuf. Le centre des ballons captifs de Patras (Péloponèse) est mis en service et le port d’attache d’Oran, créé en juillet, devient centre des dirigeables d’Oran-La Sénia.

 

                Au cours de l’année 1917, les 690 hydravions et avions (dont 200 en ligne), armés  par 368 pilotes, ont effectué 7 900 vols en opérations. L’Aéronautique maritime a perdu 35 pilotes et 25 observateurs tués en SAC, 9 pilotes et 11 observateurs prisonniers et a remporté 9 victoires aériennes.

 

 

 

***

 

     


FORMATIONS AERIENNES AU 31 DECEMBRE 1917

 

 

 

ESCADRILLES

CAM  métropolitains

 

 

 

 

 

Reconnaissance

Dunkerque

DD 200 ch

Boulogne

FBA, Tellier

Chasse

Dunkerque

HD2

Le Havre

FBA, Tellier

Chasse

St Pol

N XVII, SPAD VII

Cherbourg

FBA, Tellier

 

 

 

Guernesey

FBA 150 ch

Prototypes

St Raphaël

divers

Camaret

DD, Tellier

 

 

 

Lorient

DD 200 ch

Ecole pilotage

St Raphaël

FBA, DD, Tellier

Tréguier

FBA, Tellier

 

Hourtin

FBA

La Pallice

DD, Tellier

 

 

 

Bayonne

DD

CAM en AFN

Saint-Mandrier

FBA, Tellier

 

 

Perpignan

FBA 150 ch

Casablanca (Maroc)

DD, FBA

 

 

Alger           (Algérie)

DD, Tellier

CAM extérieurs

Bône            (Algérie)

DD 150, 160 ch

 

 

Oran           (Algérie)

DD 150, 160, 200 ch

Corfou       (Grèce)

DD, FBA, Sopwith, Tellier

Bizerte        (Tunisie)

DD, Tellier

Platéali       (Grèce)

DD, FBA

Sousse         (Tunisie)

DD, Tellier

Salonique   (Grèce)

FBA 150 ch

 

 

Marsala      (Sicile)

DD, FBA, Tellier , GL

 

 

CENTRES DE DIRIGEABLES

PORTS D’ATTACHE DE DIRIGEABLES

 

 

 

 

Aubagne

AT2, AT3, AT7

Alger-Baraki (Algérie)

AT6

Brest-Guipavas

VZ3, VZ4

Le Havre

VA3, C4, VZ2

Corfou (Grèce)

Champagne, d’Arlandes

Rochefort

AT1, AT4, VZ5

Marquise-Rinxent

VA2, VZ1

Sidi-Ahmed (Tunisie)

AT8, Tunisie

Montebourg

VA4, VA5, AT5

 

 

Oran-La Sénia (Algérie)

              -

 

 

Paimboeuf

Capitaine-Caussin, CM1

 

 

Saint-Cyr

Fleurus, Montgolfier, ZD1, ZD2

 

 

 

   

CENTRES DE

BALLONS CAPTIFS

CENTRES DE

BALLONS VIGIES

ECOLES DE BALLONS

ET CAPTIFS

 

 

 

Alger

Groix

Rochefort

Brest-Laninon

Ouessant

Brest

Cette

 

 

Cherbourg

 

 

Le Havre

 

 

Royan

 

 

St Nazaire

 

 

Toulon

 

 

Patras (Grèce)

 

 

 

    

Les Tellier200HP Hispano Suiza sont mis en service début 1917 (ici au CAM de Bizerte)

***

Sommaire Ardhan