ANNEE 1945

 

 

 

Janvier : libérée depuis le 24 août 1944, la BAN d’Hyères est rouverte . L’escadrille 4S quitte Cuers pour

Saint - Mandrier ;l’ un de ses Walrus effectue un amerrissage forcé au large de Calvi et coule avec deux hommes (LV Sourdon et PM Reichard). Sur le front de l’Atlantique, l’OE Goffeny et le matelot Chauvin de la 4FB disparaissent au sud de La Tremblade.

  La flottille 6FE quitte Port-Lyautey et revient à Agadir où la Base Mobile n°1 est créée.

 

Février : parmi les marins détachés dans les Groupes de Chasse de l’armée de l’Air, le PM Guyot du GC2/6 évacue son P.39 en feu ; le Mt Marpaud du GC 3/6 effectue un atterrissage forcé aux environs de Dijon et le LV Gleize du GC2/7 obtient une victoire en abattant un Me109G. Du côté des poches de l’Atlantique, le Mt Gérold et le QM Guenaneau de la 4FB sont tués par des tirs de flak.

  En Afrique du Nord, le CF Roussel reprend l’intérim des forces aériennes de la Marine en Tunisie ; pour le ré entraînement des pilotes récupérés en métropole et l’entraînement des jeunes pilotes sur multimoteurs,  une escadrille d’entraînement est créée à Khouribga. En Indochine, le chef de la Section des hydravions de la Marine, le LV Jarsaillon , disparaît en service aérien commandé .

  A  Saint- Mandrier, la flottille 9FTr perçoit le Br 730-1 Véga. (photo )

 

Mars : après modernisation aux Etats-Unis, le Béarn reprend du service en tant que transport d’aviation ; en route vers la Grande-Bretagne, il heurte de nuit un cargo de son convoi ; il y a des victimes sur les deux bâtiments.

  En Indochine, le coup de force des Japonais entraîne la dissolution de la SHM à Bien Hoa.

  A Fort-de-France, où la BAN est en gardiennage depuis 1944, le dernier GL812 de la Marine (de l’ex 3S) effectue un ultime vol.

  La Section de liaison de l’Etat major Général (SLA/EMG) devient Escadrille de  Transport de la Métropole basée à Lartigue en attendant la fin de la remise en état des Mureaux ; parallèlement, une Escadrille de Transport de l’Afrique du Nord (ETAFN) est créée à Alger-Maison –Blanche.

  Un Walrus de l’escadrille 4S, pris dans le mauvais temps, s’écrase sur le relief près de Miomo en Corse tuant le Mt Devoir et le matelot Puchu. A Hyères, la Section d’essais de l’Aéronautique navale reçoit ses premiers avions; la Marine demande à l’armée de l’Air de baser ces avions au Luc. Un centre de formation des engagés de l’Aéronautique navale est prévu à Aspretto ; il doit alimenter les écoles de spécialistes de la SMER  qui va rouvrir ses portes en juillet. En fait, il sera installé à Hourtin en mai (CFA) .

 

Avril : un détachement de l’escadrille 2S quitte Saint-Mandrier pour Hourtin afin de participer à la surveillance maritime des poches de l’Atlantique.

  Royan est libérée mais la 3FB perd le Mt Bonnefoy et le SM Bataille tués par la flak à la pointe de Grave. La dernière mission importante du GAN2 est effectuée sur l’île d’Oléron.

  Dans les Groupes de Chasse de l’armée de l’Air( photo) le P.39 du Mt Friot (GC2/6) est touché par la flak et se pose dans un champ de la région de Cuéno ; le LV Koeschlin du GC1/7, touché lui aussi par la flak pose son Spitfire en Suisse tandis que les LV Gleize et Pradelle de la Tour obtiennent une victoire au GC2/7.

 Au Maroc, la Section de Transport d’Agadir (Catalina) devient Groupe de Transport de la BM1 (future escadrille 22S).

  Du personnel et du matériel de l’escadrille 2S permettent de créer une nouvelle escadrille de surveillance de Laté 298, nommée 3S, destinée à la surveillance du lac de Constance à partir de la BAN d’Immenstaad. Le but est d’empêcher la fuite de dignitaires nazis vers la Suisse .

  Le HMS Biter est transféré sous pavillon français et devient le porte-avions Dixmude ; il est remis en état en Ecosse à Greenock.

 

Mai : en métropole, les armes se sont tues sur le front de l’Atlantique ; mais peu de temps après, deux SBD-5 du GAN2 se heurtent en vol, le Mt Auradou et le SM Lebrun sont tués sur le coup. Le GAN2 et la BM2 quittent Cognac pour Hyères ; le détachement de la 2S à Hourtin  revient à Saint-Mandrier. La BAN Aspretto est mise en gardiennage jusqu’en octobre. A l’Ecole Navale, installée sur le terre plein de l’hydrobase de Lanvéoc-Poulmic, où tous les élèves doivent recevoir une formation de navigateur aérien, une escadrille d’instruction est créée.(photo stinson)

  Une éphémère escadrille de JU52 prévue pour le rapatriement des prisonniers et déportés est mise sur pieds ; elle sera dissoute en novembre.


Juin : la Marine rappelle son personnel qui était détaché dans les Groupes de Chasse de l’armée de l’Air ; ce personnel est regroupé à Hyères en vue de la formation d’une nouvelle 1e flottille de chasse.

  Les SBD-5 du GAN2, des Sunderland de la 7FE et des Wellington de la 2FB participent au défilé de la victoire au dessus de Paris. A Saint-Mandrier, l’escadrille 4S échange ses Walrus contre des Do24 et l’escadrille 2S va s’installer à Hourtin pour effectuer des missions de recherche de mines dans la Gironde.

  Le hangar n°2 de Cuers est attribué à la Section aéronautique de la DCAN Toulon pour y implanter l’Atelier Aviation de Cuers.  Le CA Nomy présente un ambitieux programme de réarmement de l’Aéronautique navale au Conseil Supérieur de la Marine.

 

Juillet :  l’aide américaine ayant cessé, le CA Nomy accepte l’offre des Anglais au titre de l’aide mutuelle : la Marine va recevoir des Wellington, Anson et Spitfire.

  Le GAN1 (6FE, 8FE et BM1) quitte Port-Lyautey pour Agadir. L’Ecole des mécaniciens, installée à Lartigue,  réintègre  Rochefort ; cette base s’équipe d’une Section de Recherche des Mines armée par des MS 500 de la Section d’observation qui ont opérés à Cognac.

  La Section d’essais de la CEPA devient escadrille 10 S à Hyères. Pour l’expérimentation des engins spéciaux et bombes téléguidées récupérés en Allemagne, le Groupement d’Aéronautique Navale (GANES) est créé à Hechingen en Allemagne. La Marine prend en charge le service de sauvetage aéronautique en liaison avec l’Air Sea Rescue ; c’est l’Aéronautique navale qui en est responsable.

 

Août : le LV Pierret, commandant l’escadrille 3S, se tue avec deux autres membres d’équipage (Mt Sellin et SM Guichaoua) à bord d’un Laté 298 à Immenstaad. Un Ventura de la flottille 6FE transporte le COMAR Maroc pour une tournée d’inspection le long de la côte occidentale de l’Afrique.

  Le GAN2 (3FB et 4FB) est dissous à Hyères. Les derniers dirigeables américains quittent Cuers.

  Le Dixmude quitte les chantiers de Greenock et rallie Brest.( photo)

 

Septembre : après la capitulation des Japonais, les pilotes français en instruction aux Etats-Unis doivent achever leur cours dans une école privée, l’Embry-Riddle School à Homestead, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes.

  Il est décidé d’envoyer un détachement de quatre Catalina de la 8FE en Indochine ; du personnel et du matériel de la flottille sont embarqués à Marseille sur le Béarn. Dans le cadre de l’EMG Aéro, le Service de Liaisons Aériennes de la Marine est chargé de l’organisation et de l’exploitation du réseau aérien de liaisons de la Marine. Du personnel aéro rassemblé à Cuers forme le noyau de la future 1e flottille de chasse ; une deuxième tranche de 20 Spitfire est demandée à la RAF.  Au Sénégal, la Section d’entraînement de la 2FB est dissoute à Thiès.

 

Octobre : en Indochine, le Commando parachutiste de l’Aéronautique navale du CC Ponchardier débarque du Richelieu ; il dégage les régions de Phumy, Canson et Tinche et regagne Saïgon à la fin de l’année. L’Aéronautique navale en Indochine est recréée avec l’arrivée des premiers Catalina de la 8FE à Tan-Son-Nhut (photo); la 8FE et la BM1 forment alors le Groupe d’Aéronautique navale d’Indochine qui est opérationnel à la fin du mois (première mission effectuée par le Catalina n°66).

  A Dakar, les flottilles 2FB et 7FE cessent d’être sous le contrôle des Anglais.

  La 1e flottille de chasse (1FC) est recréée à Cuers ; en attendant ses Seafire elle utilise très brièvement un NC900 (alias FW190) qui sera accidenté au cours de son 3e vol. Les travaux de la future BAN de Lann-Bihoué débutent et la BAN d’Aspretto voit la fin de sa période de gardiennage. La SLEMGM s’installe aux Mureaux comme prévu ; elle fait partie de l’ETM et il ne reste plus à Boufarik qu’une Section Liaison qui va se baser à Alger-Maison Blanche.

  Le Dixmude effectue son premier transport de matériels et personnels entre Brest, Casablanca, Oran et Toulon.

 

Novembre : les accords signés avec l’Air Ministry et l’Amirauté britannique (accords Nomy) règlent la cession du matériel anglais déjà prêté, prévoient la livraison de nouveaux matériels et prolongent la formation de certains spécialistes dans les écoles anglaises.

  La Section de Recherche des Mines de Rochefort devient escadrille 1S affectée à Lanvéoc-Poulmic.

  En Indochine, la Marine récupère un Loire 130 à Cat-Laï ; il est affecté ainsi que 3 Aïchi à un Groupe occasionnel d’hydravions .

 

Décembre : il est décidé de remettre en armement la BAN de Fréjus-Saint Raphaël. A Rochefort, deux MS 500 forment une Section de Liaison. L’hydrobase de Diégo-Suarez, créée par les Anglais, doit être prise en charge par la Marine nationale .

  La 1FC est toujours à Cuers sans avions ; elle utilise des SBD-5 de l’ex GAN2 pour entraîner ses pilotes. Huit lieutenants de vaisseau vont à l’école d’aviation embarquée de la Fleet Air Arm à Newhaven pour passer leur qualification de pilote embarqué et d’officier d’appontage.

  A Saint-Mandrier, le Do24 N°1 de la flottille 9FTr est accidenté entraînant la mort les six membres de son équipage ; l’escadrille 4S s’apprête à quitter Saint-Mandrier pour rallier Karouba.

  En Indochine, le Groupe occasionnel d’hydravions de Cat-Laï devient escadrille 8S. Son commandant est également celui de la BAN de Cat-Laï.

  Une circulaire de l’EMGM change l’appellation des formations et les moyens d’identification portés sur les appareils ; cette modification est applicable au 1er janvier 1946 : les formations de combat sont appelées flottilles et codées 1F,2F etc…Les autres formations prennent la lettre S précédée d’un numéro d’ordre en fonction de leur mission, 1 à 19 servitude, 20 à 29 sauvetage, 30 à 49 transport et liaisons, 50 à 59 écoles.

  A la fin de l’année l’Aéronautique navale a un effectif de 6 700 personnes dont 500 officiers et 1 100 civils.

 

 

 

 

 

 

 

******


FORMATIONS AERIENNES AU 31 DECEMBRE 1945

 

 

 

 

Flottille de chasse

 

Flottilles de bombardement

 

Flottilles d’exploration

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 FC

Cuers

(emprunt)

 

2 FB

Dakar

Wellington

 

6 FE

Agadir

Ventura

 

 

 

 

3 FB

Hyères

Dauntless

 

7 FE

Dakar

Sunderland

 

 

 

 

4 FB

Hyères

Dauntless

 

8 FE

Tan-Son-Nhut

Catalina

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flottille de transport

 

Groupement d’Aéronautique Navale

 

 

 

 

 

 

9 FTr

St Mandrier

Achernar, Bizerte

 

GAN Indo

8 FE + 8 S

 

 

Do 24, Véga

 

 

 

 

 

 

 

Escadrilles surveillance, servitude

 

Escadrilles écoles, entraînement

 

Escadrilles de transport

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 S

Lanvéoc

MS500, Walrus

 

EPV

Lartigue

divers

 

ETM

Les Mureaux

JU52

2 S

Hourtin

Laté 298

 

Esc.Entraî.

Khouribga

divers

 

ETAFN

Alger

JU52

3 S

Immenstaad

Laté 298

 

Es. Ec.Nav.

Lanvéoc

Stinson,

 

 

 

 

4 S

St Mandrier

Do 24

 

 

 

JU52

 

 

 

 

8 S

Cat-Laï

Aïchi, L.130

 

 

 

 

 

 

 

 

10 S

Hyères

divers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sections de liaisons

 

Sections d’entraînement

 

Sections diverses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S. Av.Minist

LesMureaux

divers

 

SES

Cuers

NC701,Spitfire, Cessna,MS500

 

S. Transp.

Agadir

Catalina

SL

Rochefort

MS500

 

SES

Karouba

Goéland

 

S. Avia.

Aspretto

Taylor.

SL

Boufarik

Cessna,

 

SE

Lartigue

Cessna

 

 

 

 

 

 

Goéland

 

SE

Port-Lyautey

Cessna

 

 

 

 

SLA

Arzew

Walrus

 

 

 

 

 

 

 

 

SLA

Casablan.

divers

 

 

 

 

 

 

 

 

SL AOF

Dakar

Goéland

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



La flottille 2FB(ainsi que la 7FE) cesse d’être sous contrôle anglais en octobre 1945

Sommaire Ardhan