DOCUMENTS HISTORIQUES FUTURS


INFORMATIONS DIVERSES A VOIR
(
Chaque titre soulig,né est un lien vers l'information)

Voir le dossier sur les Atlantic/ATL2
http://www.defense.gouv.fr/marine/a-la-une/l-atlantic-atlantique-fete-ses-50-ans-de-service

Est toujours disponible
Les débuts de l'Aviation Maritime

Qualifications de nouveaux pilotes à bord du porte-avions Charles de Gaulle

Site de l'Amicale des Anciens de l'Aéronautique Navale: AAAN
http://www.flottille.canalblog.com

- Roger Vercken signale qu'il lui reste des volumes de son livre Au delà du pont d'envol.
Pour passer commande: :Voir Petites Annonces

- La bibliographie thématique vient d'être mise à jour. Consulter les nombreux nouveaux titres recensés

 

Pour les fans de l'aviation embarquée :Un site concernant une partie de l'histoire de l'Aéronautique Navale : le site de la Flottille 9F: www.Flottille9f.net

-A voir également par tous les aviateurs marins (ils sont nombreux)qui ont volé sur les avions de la maison BREGUET le site des Amis des Avions Breguet: http:// amisbreguet.free.fr


La Flottille 32F reçoit le trophée GUILBAUD




Le Centre

d'Expérimentations

du Pacifique

Le rôle de l'Aéronautique Navale



La base aéronavale marque les 40 ans du Super-Étendard


Une livrée des 40 ans pour le Super Etendard


L’adieu aux armes de l’amiral Magne

ADIEU AUX ARMES DE L’AMIRAL MAGNE COLS BLEUS



Le Super Étendard Modernisé en 40 photos



L'ÉTENDARD ET LE SUPER ÉTENDARD EN 40 ANECDOTES


FLOTTILLE 25F : 30 ANS DANS LE PACIFIQUE

LES AILES DE L'ARROMANCHE VIDEO ECPA





l'historique de la base
la base aeronavale


31/10/2015

 

Je me permets de vous contacter pour vous signaler que le livre que j’ai réalisé avec M T Kérével, peintre de l’air qui a réalisé 70 aquarelles originales est sur le point de sortir.

Il s’agit d’un livre issu de deux années de recherches, comprenant des témoignages de membres de l’ARDHAN notamment et qui retrace l’histoire de l’aviation militaire et civile en Nouvelle Calédonie de 1923 à nos jours. En particulier, près de 20 pages sur les 140 relatent l’histoire de l’aéronautique navale locale (hydravions des avisos coloniaux, 9S et 25F etc…).

 

Vous pourrez trouver quelques articles issus de blogs et sites spécialisés :

http://www.aerostories.org/~aerobiblio/article4951.html
> http://www.aerobuzz.fr/culture-aero/breve/aventures-aeriennes-en-nouvelle?utm_source=rss&utm_campaign=backend&utm_medium=rss
> http://lemamouth.blogspot.com/2015/09/les-ailes-de-caledonie.html

 

 

Pourriez-vous svp relayer l’annonce de la sortie du livre et proposer l’offre de prévente au plus grand nombre ? (via le bon de commande sur le site http://www.base186.nc , extraits du livre sur http://www.base186.nc/flipbook/): il semble que la communauté aéronautique navale ait été peu touchée par notre communication…

 

Les livres seront envoyés gratuitement via le SIRPA AIR, donc pas de frais de port. Ils seront disponibles début décembre.

 

Si vous êtes intéressé, je peux vous donner un accès à la version électronique de l’ouvrage via Dropbox et vers l’ensemble des aquarelles.

   



HISTORIQUE DE LA SONNERIE AUX MORTS 

Quand l’aéronavale française bombardait Berlin



Le Super Etendard Modernisé (SEM) apparaîtra pour la dernière fois en public lors du meeting aérien de Biscarrosse, dimanche 22 mai. Après 37 ans d’opérations à travers le monde, le SEM sera retiré du service actif en juillet prochain. La chasse embarquée de l’aéronautique navale passera alors au « Tout Rafale Marine ».
Super Etendard 2

liens


Robert Feuilloy (à gauche) aux côtés du Super Étendard, en 1978 ; le pilote est retraité depuis 2009.

 

Robert Feuilloy a atterri à la base de Landivisiau l'été 1978, à bord d'un Super Étendard flambant neuf. Près de 40 ans après, il revient sur son expérience de dix ans à Landivisiau avec l'avion de la Marine, qui effectuera son dernier vol demain.

« J'ai grandi au Burkina-Faso et au Mali entre les années 1951 et 1959. C'est là-bas, en lisant le magazine Tintin et en y observant des fiches d'avions que j'ai voulu devenir pilote », raconte Robert Feuilloy, 72 ans, retraité de la Marine nationale, où il a exercé pendant près de 20 ans. Breveté pilote à Tours en 1969, il débarque à Landivisiau en 1970 pour voler sur des Crusader. Le jeune pilote est ensuite envoyé au large de la Floride, dans le cadre d'un échange avec la Marine Américaine. Il prend alors ses marques sur le porte-avions John F. Kennedy et passe près de 16 mois en mer.

Le premier appontage de nuit, c'est lui



Il rentre ensuite à Landivisiau, où il intègre une flottille, la 11 F dédiée à un avion flambant neuf : le Super Étendard. Cet appareil effectuera son dernier vol demain, dans sa version modernisée, lors d'une cérémonie d'adieu aux armes, à la base aéronavale de Landivisiau. L'ancien pilote se souvient : « Quand on les a reçus, ils sentaient encore la peinture et le neuf, comme une voiture ! J'ai été le premier pilote de Marine à avoir réalisé un appontage de nuit sur Super Étendard ». Dans le jargon de l'aéronavale, un pilote appontant - c'est-à-dire posant son avion sur le pont d'un porte-avions - de nuit est surnommé un hibou. Un nom d'oiseau qui plaît au retraité : « C'était une vraie ouverture de domaine à l'époque. Alors c'est une fierté, c'est sûr ». Après avoir commandé pendant deux ans la flottille de Super Étendard, de 1980 à 1982, il devient chef d'opérations sur le porte-avions Foch. Robert Feuilloy a quitté la Marine en 1989, pour poursuivre une carrière de 20 ans à la Sagem. Il est impatient de revenir à Landivisiau, demain, retrouver les anciens de la base. « J'ai passé d'excellents moments dans le Finistère, où j'ai vécu près de 11 ans. J'y ai noué beaucoup de contacts et d'amitiés », se rappelle-t-il, nostalgique. Une dernière fois, demain, il observera dans les airs un avion qui a marqué sa carrière.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/landivisiau/super-etendard-il-a-connu-ses-debuts-11-07-2016-11143401.php#h1DWs1WiAJ1wrK2S.99




                           Adieu au Super Etendard !

Quarante deux ans après son premier vol, le SEM arrête définitivement sa carrière sous les couleurs françaises. La Marine Nationale lui a rendu un dernier hommage, le 12 juillet 2016, sur la base aéronavale de Landivisiau.

Paston, Little et Tristan, les trois derniers pilotes de la 17F à avoir volé sur SEM. Ils sont entrés dans l’Histoire !

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Plus qu’une page qui se tourne, c’est un chapitre qui se termine, ou même un livre que l’on referme. Les trois flottilles de chasse de l’aéronavale, les 11F, 12F et 17F, évolueront désormais uniquement sur Rafale M. 

Pour marquer l’événement, l’aéronavale avait convié un grand nombre d’anciens, parmi lesquels quelques célébrités, sur la base de Landivisiau. Dans le hangar accueillant tout ce petit monde, des vendeurs d’insignes et de chemisettes, des illustrateurs, un éditeur de BD, des maquettes, mais aussi un avion accessible pour la photo souvenir et un buffet comme on en voit plus que très rarement dans les armées.

JPEG - 43.6 ko

Passage d’un box de deux SEM et deux Rafale M, suivi d’un Morane Saulnier Paris, d’un Zéphyr et d’un Grumman Hawkeye. Un Crusader et un Etendard IV auraient été les bienvenus…

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’avion tira sa révérence au terme d’un défilé aérien suivi d’une présentation des SEM 41 et 51 puis d’un solo du numéro 1. Avec une alternance de soleil et de nuages, les avions ne furent pas avares d’aigrettes de condensation en bout d’aile et ce fut bien joli… Les trois derniers SEM revinrent ensuite au parking et coupèrent leur réacteur simultanément. « Little », « Tristan » et « Paston », pilotes de la 17F, se partagèrent ensuite la traditionnelle bouée…

JPEG - 129 ko

Ca y est, c’est fini ! Mardi 12 juillet : les Atar 8K50 se taisent définitivement face à la foule des invités.

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

La flottille 17F disposait encore de onze appareils en état de vol à l’automne 2015. Un chiffre qui était ensuite tombé à huit avions dans le courant du mois d’octobre. Les potentiels furent alors surveillés de très près de manière à préserver les appareils et à pouvoir les engager une dernière fois en opération. Ce qui fut fait dans le cadre de l’opération Chammal pendant cinq mois, d’octobre 2015 à mars 2016.

JPEG - 148.1 ko

Dernière coupure des moteurs pour le SEM sur la BAN de Landivisau. Le n°1 est peint dans le schéma de peinture qui était celui des SUE à leur mise en service, en 1978.

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

De ces huit avions, cinq sont aujourd’hui encore en état de vol et seront stockés. Il leur resterait entre tous environ 200 heures de potentiel. Largement assez pour rejoindre en vol un jour ou l’autre la base de Châteaudun où ils pourront être stockés dans des hangars à l’atmosphère contrôlée. Pour en faire quoi ensuite ? Sans doute rien… L’idée d’une revente à l’Argentine, parfois évoquée, est aujourd’hui totalement hors jeu, ne serait ce qu’en raison de la fin totale du soutien industriel pour cet avion.

JPEG - 73.1 ko

Yves « Bill » Kerhervé, qui a bien fréquenté le SUE pendant sa carrière dans la marine puis chez Dassault.

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

En retirant le SEM, la Marine salue un avion solide et bien conçu, qui a traversé les époques avec panache. Né à l’époque du Mercure et de la Renault 12, le Super Etendard a bien négocié le passage des décennies pour finalement terminer sa carrière opérationnelle dans le ciel irakien en compagnie des Rafale et autres F-22.

JPEG - 101.5 ko

La force du SEM tenait dans sa polyvalence acquise au fil des ans. Les sièges éjectables ont été retirés des derniers avions présents à Landivisiau, à l’exception bien entendu des cinq derniers appareils encore en état de vol.

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Son architecture simple et efficace, ses commandes de vol classiques mais très bien pensées lui ont permis d’accueillir sans traumatisme des modernisations. Le Super Etendard n’était à sa naissance qu’un Etendard auquel avait été greffé un radar optimisé pour le bombardement et la mission anti-surface. Pour dégager la visibilité du pilote à l’appontage, la nouvelle pointe avant avait été légèrement tournée vers le bas, donnant à l’avion sa silhouette légèrement courbée et finalement très gracieuse, marque de fabrique de l’appareil. A son retrait de service, porté au standard 5, il est devenu un avion remarquablement polyvalent dont le seul défaut majeur tient finalement à sa motorisation anémique.

JPEG - 121.6 ko

Un hangar accueillait diverses expositions thématiques. Les cabines de SEM exposées auraient très rapidement trouvé preneur si elles avaient été à vendre…

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

D’ici quelques mois, la Marine disposera de trois flottilles opérationnelles sur Rafale M. Le biréacteur fera tout mieux que le SEM dans tout le spectre de mission, aucun doute là dessus. Il reste pourtant un petit caillou dans la chaussure de l’aéronavale, qui perd avec le SEM la capacité de tirer la bombe GBU-49. Une munition à guidage mixte laser/GPS, qui n’est pas à ce jour intégrée sur le Rafale. Ce dernier peut certes tirer l’AASM reprenant les mêmes modes de guidage, mais à un prix très (très) supérieur… Et c’est pour cela que le SEM est déjà regretté par certains…

Frédéric Lert

Landivisiau. Le glas a sonné pour le Super-Etendard modernisé

Morlaix  

·        Le capitaine de vaisseau Pascal Cassan (à droite), commandant de la Base aéronautique navale, et le capitaine de frégate Christophe, actuel commandant de la 17 F.

Le capitaine de vaisseau Pascal Cassan (à droite), commandant de la Base aéronautique navale, et le capitaine de frégate Christophe, actuel commandant de la 17 F. | Ouest-France

Ce mardi 12 juillet, sur la Base de l'aéronautique navale de Landivisiau, la Marine nationale a fait ses adieux au Dassault Super-Etendard modernisé. Place désormais au Rafale Marine.

Ca mardi 12 juillet après-midi, le capitaine de vaisseau Pascal Cassan, commandant la Base aéronautique navale de Landivisiau, le commandant du groupe aérien embarqué et le capitaine de frégate Christophe, commandant de la flottille 17F, ont largement évoqué l'adieu aux armes du Super-Etendard modernisé (Sem) et son remplacement par le Rafale.

Au terme d'une cérémonie militaire en présence du bagad de Lann Bihoué et de 1 200 invités, les divers intervenants ont évoqué l'histoire du Super-Etendard modernisé au sein des diverses flottilles de l'aéronavale.

La remise de nombreuses distinctions et l'évocation de « grands noms » ayant piloté le chasseur furent suivies d'une démonstration aérienne au cours de laquelle les cinq SEM encore en service effectuaient leur dernier vol. Ils étaient accompagnés de Rafale Marine et d'autres aéronefs ayant fait les beaux jours de l'aviation embarquée française.

Dissuasion nucléaire

En 1973, souhaitant moderniser son parc aéronautique, la Marine française commandait une version optimisée de l'Etendard IV M à Dassault Aviation. Le premier vol du Super-Etendard intervenait un an plus tard sur la base d'Istres (Bouches-du-Rhône). Premier avion de chasse polyvalent, ce dernier était capable d'effectuer des missions de dissuasion nucléaire, projection de puissance et de protection des forces maritimes.

La Marine nationale en recevait soixante et onze entre 1977 et 1983. Modernisé en 1992, l'avion prenait alors l'appellation de Super-Etendard modernisé (SEM). Il devenait un outil majeur pour la sauvegarde des intérêts français sur de nombreux théâtres d'opérations, du Liban à l'Irak, en passant par la Bosnie, le Kosovo, l'Afghanistan, la Libye et la Syrie.

Un avenir incertain

Qu'adviendra-t-il de ces avions encore en capacité de voler ? Sans doute seront-ils stockés en hygrométrie contrôlée afin de les ressortir si besoin est… Les flottilles 11 F, 12 F et 17 F seront dotées de trente-six Rafale Marine à raison de douze avions par flottille (lire ci-dessous), la dernière nommée n'en recevant qu'une demi-douzaine car tous les pilotes ne seront pas « transformés » et totalement prêts avant 2018.

« L'Aéronavale disposera ainsi de trois flottilles symétriques, à raison de deux à bord et une à terre », soulignait le capitaine de vaisseau Pascal Cassan. Qui poursuivait en faisant remarquer que « ces trois flottilles vont retrouver tout le panel de leurs missions, dont la capacité nucléaire ».

Avion mythique pour les jeunes pilotes et symbole de la Marine, le Super-Etendard modernisé laisse désormais place à une ère nouvelle. Le capitaine de frégate Christophe, commandant de la 17 F, laisse lui aussi sa place. La flottille sera désormais commandée par le capitaine de corvette Vincent, son second.

Dans le même temps, la 11 F change aussi de « pacha ». La flottille 57 S en fait de même et sera désormais commandée par la capitaine de corvette Véronique, précédemment seconde de la 50 S à Lanvéoc. Une première pour Landivisiau.

Le Super-Etendard modernisé ( premier plan) fait ses adieux aux armes. Il laisse sa place au Rafale Marine, l'un des chasseurs les plus  performants au monde ( second plan).

La chasse embarquée passe désormais au « tout Rafale Marine »

Le retrait du service actif du Super-Etendard modernisé (lire ci-dessus) permettra désormais à lachasse embarquée du porte-avions Charles-de-Gaulle de disposer d'un avion de chasse unique et déjà opérationnel, le Rafale Marine. Un remplacement s'inscrivant dans une démarche générale de modernisation de la Marine nationale face aux enjeux de défense actuel et futur.

Depuis 2011, les Super-Etendard modernisés (SEM) ont été progressivement retirés du service actif, conformément au plan « Horizon Marine 2025 » destiné à adapter la Marine nationale face aux nouvelles menaces.

De retour de mission Arromanches II en Méditerranée, dans l'océan Indien et dans le golfe arabo-persique, en Irak et en Syrie, pour lutter contre le groupe terroriste Daech, le chasseur de Dassault a effectué son dernier décollage depuis le pont du porte-avions.

Les pilotes du Rafale Marine bénéficient de l'un des avions les plus performants au monde, équipé de commandes de vol électriques et d'une interface homme-machine innovante leur permettant de gérer son système d'armes avec efficacité. Ils seront ainsi aux commandes d'un chasseur qui, de jour et de nuit, pourra être catapulté du porte-avions avec un rayon d'action très important, leur permettant de conduire à bien des missions de projection de puissance, de maîtrise des espaces aéromaritime et aéroterrestre et de dissuasion nucléaire.

La Marine nationale dispose actuellement de deux flottilles entièrement équipées de Rafale Marine, la 11 F et la 12 F. La 17 F en sera dotée dès cet été et sera opérationnelle dès 2017.

13 juil. 2016  Emmanuel Huberdeau

Marine Nationale : Fin de carrière pour le Super Etendard.

Dernier vol sous les couleurs de la Marine Nationale pour le SEM © Cyrille Cosmao

Dernier vol sous les couleurs de la Marine Nationale pour le SEM © Cyrille Cosmao

Un dernier passage bas, puis une ultime présentation à l'atterrissage... Les anciens et les équipages actuels des flottilles de chasse de la Marine Nationale ont assisté avec nostalgie à la dernière démonstration en vol du Super Etendard qui était officiellement retiré du service actif ce mardi 12 juillet 2016 sur la base aéronavale de Landivisiau. Trois appareils, sur les cinq derniers en état de vol, ont participé à une parade aérienne en compagnie de leur successeur le Rafale et d'un Hawkeye venu de Lann Bihoué. 

Le Super Etendard est resté en service durant 38 ans dans la Marine Nationale et a démontré jusqu'au bout ses capacités, en étant pleinement intégré dans les opérations du groupe aérien embarqué déployé cette année dans le Golfe.

Jusqu'à 71 Super Etendard ont été en service dans la Marine Nationale, mais il ne restait plus que cinq Super Etendard Modernisés Standard 5 en ligne de vol à la fin de ce déploiement. Ces appareils vont être entreposés à Chateaudun et maintenus en état de vol en attendant un éventuel export. L'Argentine, seul autre utilisateur au monde du Super Etendard serait le client le plus logique. Mais rien n'est fait pour l'instant. Depuis 2015, la Marine Nationale a démantelé une quinzaine de cellules reformées de Super Etendard. Une autre quinzaine de cellules ont été confiées à des musées ou des écoles de formation des mécaniciens. 

Si les marins se disent nostalgiques, ils ne sont pas tristes et ne regretteront pas le Super Etendard qui est remplacé très avantageusement par le Rafale. L'aéronautique Navale est en effet passée définitivement au "tout Rafale" avec le retrait du Super Etendard. La Marine Nationale va disposer de trois flottille de Rafale avec la transformation de la 17F, la dernière à avoir volé sur Super Etendard, sur l'appareil multirôle de Dassault. Cette dernière flottille devrait être opérationnelle sur Rafale à partir de 2018. En attendant il faudra former les pilotes, dont certains comme le nouveau commandant de la flottille, connaissent déjà le Rafale. Il faudra aussi se re familiariser avec les missions qui n'étaient plus effectuées par le Super Etendard depuis plusieurs années : la reconnaissance et la dissuasion. 

Avec un groupe aérien "tout Rafale" et Hawkeye, embarqué sur "le Charles de Gaulle" et un groupe aéronaval pouvant comprendre les frégates de défense aérienne "Forbin" et les frégates multi missions "Aquitaine", avec leur hélicoptère NH90 "Caïman Marine", la Marine Nationale atteint désormais le format planifié et attendu depuis plusieurs années.

 








L'AÉRONAUTIQUE MILITAIRE 14
-
18  Traditions & Héraldique.
 
Le 2 août  1914, la France comptait 23 escadrilles pour 138 avions, quatre ans plus tard, ce sont 619 escadrilles qui auront été créées "organiquement" pour 371 unités opérationnelles et plus de 54 000 avions auront été construits...
 
En fait, au delà du corpus d'insignes, c'est l'histoire de la naissance de cette Aéronautique Militaire, notre futur "arme" de l'air, que je raconte dans ce livre au travers des évolutions de ce conflit, par ses dates, ses combats, tant dans les ministères que dans les états-majors que ceux sur les fronts, ceux des officiers, caporaux dans leurs escadrilles, unité de base incontournable de cette aviation naissante.
J'y raconte aussi comment l'escadrille a créée sa signature... cette marque qui sera l'expression de son caractère, sa personnalité, celle d'un chef, d'un As, créées d'opportunités, d'humour, d'un jeu de mot, une anecdote, d'un drame ou par de la dérision.. Ce sont des dizaines de "petites histoires" qui seront fondatrices de l'insigne d'Escadrille, de Flottille et qui marqueront à jamais nos aviations..
 
Pour chaque escadrille de ce livre, et pour autant qu'il me soit connu, "vu par moi" et vérifié comme étant porté au 11 novembre 1918, j'en donne un dessin original et sa genèse, "son pourquoi et ses comments" , ses changements de dénomination et leurs prises d'effet.
Ce livre est largement illustré et ponctué d'anecdotes et commentaires, comme par exemple ce qu'était une escadrille DCA, le pourquoi des Escadrilles Côtières.. de la réalité d'une véritable guerre au Maghreb, sans oublier les frasques guerrières de Gabrielle D'Annunzio ou comment un indien séminole devint un fier guerrier Lakota... grâce à un fabricant d'armes.. 
 
Document indispensable et largement actualisé, il trouvera une place privilégiée et indispensable dans votre bibliothèque d'aérophile.
Avec une en mise page moderne, claire et largement illustrée, ce livre est parfaitement bilingue, français & anglais.
Vous pourrez en apprécier quelques pages par le lien "Dropbox" ci-après. 
Pour visualiser et lire simplement les pages de la boite Dropbox: Cliquez sur le lien bleu ci-dessous...
... Puis cliquez sur la le triangle/flèche à coté de Télécharger. / Puis cliquez sur Téléchargement direct / Puis déroulez les pages.     
 
Bien évidement je reste à votre disposition pour répondre à vos questions, interrogations et commentaires.
Bien cordialement.
Philippe Jourdan.
_____________________________________________________________________________________
 
Exceptionnellement pour l'ARDHAN, je vous offre ce livre pour 30€ ...( et vous offre les 5,60 de frais de port )
 
... je vous offre également un insigne d'Escadrille en "Ex-Libris" sur papier dessin 300gr à votre choix parmi les escadrilles: 
SPA 3 / SAL 39 / SPAbi 42 / SAL 61 / SPAbi 63 / SPA 67 / SPA 69 / SPA 75 / SPA 85 / SPA 102 / SPA 124 / SPAbi 140 / SPA 154 / SPA 173 .
SAL 252 / BR 281 / N 471 "Bison" / N 471 "US flag".
 
En votre aimable règlement à l'ordre de
Philippe Jourdan, par chèque, mandat, virement bancaire.
... et "accessoirement" par PayPal ( philjourdan@aol.com )
 
Philippe Jourdan - 79 faubourg du moustier - 82000 Montauban - France
Adresse mail de contact: philjourdan@aol.com
Téléphone: 06 60 82 63 53
b